The Vintage Travel Poster Company

samedi 28 avril 2012

Le vrai courage

À une époque où, élections présidentielles obligent, le courage est souvent au coeur des analyses politiques, je vous propose de comprendre en une image ce que c'est réellement que d'avoir du courage.

Piloter une Formule 1, faire du parachutisme, du saut à l'élastique,
du ski extrême, insulter son patron, avouer à sa femme qu'on la trompe, ...


Tout ça, c'est de la rigolade ! 


Le VRAI courage, c'est ça :


vendredi 27 avril 2012

Mohamed et le crocodile (la blague du jour)





Un milliardaire décide pour fêter ses 50 ans de faire une grande fête …

Il invite, en plus de la jet-set, tous les gens de son quartier à un cocktail-party dans son immense jardin avec piscine.
Même Mohamed l'épicier est invité.

A un moment, le milliardaire demande le silence et clame :

« Le premier qui osera affronter le crocodile sacré du Nil qui vit dans ma piscine recevra un million de dollars ! »

A peine a-t-il terminé sa phrase que Mohamed est dans l'eau.
Il engage une lutte violente avec le crocodile.

Après 25 minutes de combat acharné, et après avoir failli se noyer ou se faire bouffer 20 fois, Mohammed finit par terrasser le monstre.
Il ressort de l'eau, tout sanguinolent et estropié.

Le milliardaire ravi de la distraction qu'il vient d'offrir à ses invités, déclare :

« Bravo Mohammed, quel courage vous avez montré ! Une promesse est une promesse, vous méritez votre million ! »

« Ji l'en veux pas di ton million, ti peux t'li garder! »

« Ah bon ? Vous voulez ma Rolex alors ? »

« Non »

« Vous préférez ma Porche ?»

« Ji m'en fous di ta Porsche ! »

« M'enfin Mohamed, vous voulez quoi, à la fin ??? »

« Li nom di l'enculé qui m'a poussé dans la piscine !!! »

samedi 21 avril 2012

Adieu belle-maman (la blague du jour)



Un américain part en vacances en Israël avec sa femme et sa belle mère.

Pendant le séjour, la belle mère décède. Les pompes funèbres indiquent à l'américain et sa femme qu'un rapatriement coûte 5000 dollars alors que l'enterrement sur place coûte 100 dollars.

L'américain opte sans hésiter pour le rapatriement.

Les pompes funèbres insistent et indiquent que le prix inclut une cérémonie en grande pompe.

L'américain ne change pas d'avis.

Une fois dans leur hôtel, sa femme s'adresse à lui :

"Chéri, je suis contente que tu aies choisi le rapatriement le plus onéreux, c'est vraiment une marque d'amour pour maman ! "

Son mari lui rétorque :

"Ici, ils ont enterré un certain Jésus il y a 2000 ans et il est revenu 3 jours après sur terre : je ne voulais prendre aucun risque avec ta mère !!! "..

Une bonne publicité pour TF1 (l'image du jour)


vendredi 20 avril 2012

Nous avons pris la décision de divorcer (blague du jour)



Jacob qui habite Tel Aviv téléphone à son fils Samuel qui a émigré à New-York et lui dit : 
- "Je regrette de te gâcher ta journée, mais je dois t'informer que ta mère et moi sommes en train de divorcer. Quarante cinq ans de souffrance, c'est assez."

- "Papa, comment peux tu dire ça ??? Et juste avant les fêtes !!!!", lui cria le fils.

- "Nous ne pouvons plus nous voir", répondit le père, " nous sommes fatigués l'un de l'autre et j'en ai ras l'bol de toute cette histoire, donc tu me rendras service si tu appelles ta soeur Anna à Chicago."

Et il raccrocha abruptement.

Désespéré, le fils appelle sa soeur qui est complètement outrée.
- "Comment ils vont divorcer, à leur âge ??? Je me charge de l'affaire."

Aussitot, la fille téléphone a son père et lui dit :
- "Vous N'ALLEZ pas divorcer. Ne faites rien jusqu'à ce que nous venions mon frère et moi chez vous. Tu m'as bien entendu. RIEN...tu nous attends !!!"

Le père raccroche, se retourne vers sa femme et lui dit : 
- "Rebecca, tout est parfait, les deux viennent passer les fêtes avec nous et ils payent eux mêmes leur billet d'avion !"

Quand le banquier aime les découverts (image du jour)


dimanche 15 avril 2012

Naissance d'un veau (la gentille blague du jour)




Un exploitant agricole est réveillé en pleine nuit par du chahut dans son étable. 

Il s'y précipite et se rend compte qu'une des vaches est en train de mettre bas. 

Alors qu'il aide l'animal, l'homme s'aperçoit que son fils âgé de quatre ans l'a rejoint et qu'il observe la scène avec une curiosité évidente... 

L'agriculteur hésite un instant et se dit finalement: " Je vais le laisser regarder et s'il a des questions, je lui répondrais. " 

Quand l'accouchement se termine enfin et que le petit veau se redresse malhabilement sur ses pattes, 
l'homme interroge son fils: " Alors Ronan, tu as des questions ? " 

- Oui j'en ai une papa, répond le fiston, à quelle vitesse il allait le veau quand il a percuté la vache ?

Libido, 3e âge et considérations féminines (la blague du jour)


Deux dames du club du troisième âge prennent le thé devant des petits gâteaux.

- Alors, quoi de neuf depuis la dernière fois qu'on s'est vues ?

- Oh, tu sais ce Monsieur Martin qui vient tout juste d'emménager à côté de chez moi et qui s'est inscrit tout de suite à notre club, eh bien hier soir, nous sommes sortis ensemble. Il est arrivé sur le pas de ma porte avec un bouquet de roses à la main. Ensuite, comme un vrai gentleman, il m'a emmenée au restaurant et nous avons pris un plateau de fruits de mer. Puis, toujours en gentleman, il m'a invité à prendre un verre au piano-bar.

Sur le coup de minuit, il m'a raccompagnée jusque chez moi, toujours avec la manière. Là, je n'ai pas voulu le laisser repartir comme ça, alors je l'ai invité à rentrer prendre un dernier verre. À ce moment-là, il s'est approché de moi et m'a arraché tous mes vêtements, il m'a tiré de force sur le lit et m'a fait subir les pires outrages !...

- Oh Mon Dieu, répond l'autre, et dire qu'il m'a donné rendez-vous ce soir ! Qu'est-ce que tu crois que je dois faire ?

- Ben, si j'étais toi, je mettrais des vieux vêtements...

Apprendre à imiter l'escargot (image du jour)


vendredi 13 avril 2012

La femme parfaite n'existe pas (l'image du jour)


La boucle d'oreille (la blague du jour)



Un cadre remarque soudainement que son collègue porte une boucle d'oreille.

Le sachant très conservateur, il trouve ce changement surprenant et l'interroge :

- Je ne savais pas que tu aimais les boucles d'oreilles !

- Ça va, n'en fais pas tout un plat, c'est juste une boucle d'oreille, lui répond l'homme, manifestement gêné.

- Ah tiens! Et depuis quand tu la portes ?

- Depuis que ma femme l'a trouvée dans notre lit.

jeudi 12 avril 2012

Rusé comme un paysan (la blague du jour)




C'est toujours le même fermier qui rapporte le plus de lait à la fromagerie de Saint-Gédéon.

Pourtant tout le monde sait dans le village que ce fermier ne possède que quelques vaches. Alors comment fait-il ?

Intrigués, les autres fermiers décident d'aller lui poser la question :

- Mais non de Dieu, comment fais-tu pour obtenir tant de lait, avec si peu de vaches ? C'est quoi le truc ?

- Oh c'est tout simple ! 

- Je le savais ! Tu utilises des produits spéciaux !?!

- Meuh non. Mais où vas-tu chercher ces idées. Des produits spéciaux ? Pour les vaches ? Meuh... non !?!

- Alors ? Comment ?

- Ben c'est simple. Le matin quand je vais traire mes vaches, je leur pose toujours la même question : « Alors mes p'tites ! Ce matin qu'est-ce que vous me donnez ? Du lait ou du STEAK ? »

Journée Mondiale des Droits de l'Homme en Afrique (l'image du jour)


mercredi 11 avril 2012

Itinéraire anatomique (l'image du jour)


Un départ à la retraite qui restera dans les annales (la blague du jour)



On fêtait le départ en retraite du Père Gauthier par un souper d'adieu offert à la paroisse.

Un homme politique, membre du comité d'organisation, était invité et devait faire un bref discours.

Comme il tardait à arriver, le prêtre décida de prononcer quelques paroles pour passer le temps :

Je me souviendrais toujours de mon premier jour dans cette paroisse et de la première confession que j'ai eu à écouter.

J'ai pensé que l'évêque m'avait envoyé dans un lieu terrible lorsque le premier paroissien à se confesser m'avoua avoir volé un téléviseur chez un voisin, de l'argent à son père, volé aussi l'entreprise pour laquelle il travaillait, sans parler de ses relations sexuelles avec l'épouse de son patron. 
Parfois également il s'adonnait au trafic de stupéfiants. 
Enfin pour terminer, il me confessa qu'il avait transmis une maladie vénérienne à sa propre soeur.

J'étais atterré, mais avec le temps, je rencontrais d'autres gens et je m'aperçus que tout le monde n'était pas comme ça.

J'ai alors vu une paroisse remplie de gens responsables et ayant la foi.

Et c'est pourquoi j'ai vécu les 25 années les plus merveilleuses de mon sacerdoce.

A cet instant arrive l'élu qui prend la parole en s'excusant de son retard :

- Jamais je n'oublierai le premier jour de l'arrivée du Père dans notre paroisse.

En fait, figurez-vous que j'ai eu l'honneur d'être le premier à me confesser à lui !

Les voies du seigneurs sont impénétrables, non?

mardi 10 avril 2012

Le pêché de vanité (la blague du jour)



C'est une jeune fille qui vient prendre place dans le confessionnal.

Elle se penche à la grille du parloir et commence :

- Pardonnez-moi mon père, parce que j'ai pêché.

- Allez-y mon enfant, parlez, quel pêché avez-vous commis ?

- Mon père, j'ai commis le pêché de vanité. Deux fois par jour, je me contemple devant le miroir en me disant que je suis magnifique.

À ce moment là, le curé se penche à la grille et observe longuement la jeune fille, puis il lui dit :

- Mon enfant, j'ai une bonne nouvelle pour vous : ce n'est pas un pêché, c'est simplement une erreur."

Le manuel des pigeons (image du jour)


lundi 9 avril 2012

De l'origine médiévale des expressions françaises (la leçon du jour)


La prochaine fois que vous vous lavez les mains, et que vous trouvez la température de l'eau pas vraiment agréable, ayez une pensée émue pour nos ancêtres...

Voici quelques faits des années 1500 :

* La plupart des gens se mariaient en juin, parce qu'ils prenaient leur bain annuel en mai, et se trouvaient donc encore dans un état de fraîcheur raisonnable en juin. Mais évidemment, à cette époque, on commençait déjà à puer légèrement, et c'est pourquoi la mariée tentait de masquer un tant soit peu son odeur corporelle en portant un bouquet. C'est à cette époque qu'est née la coutume du bouquet de la mariée.

* Pour se baigner, on utilisait une grande cuve remplie d'eau très chaude. Le maître de maison jouissait du privilège d'étrenner l'eau propre; suivaient les fils et les autres hommes faisant partie de la domesticité, puis les femmes, et enfin les enfants. Les bébés fermaient la marche.
A ce stade, l'eau était devenue si sale qu'il aurait été aisé d'y perdre quelqu'un... D'où l'expression « Jeter le bébé avec l'eau du bain » !


* En ces temps-là, les maisons avaient des toits en paille, sans charpente de bois. C'était le seul endroit où les animaux pouvaient se tenir au chaud. C'est donc là que vivaient les chats et les petits animaux (souris et autres bestioles nuisibles), dans le toit. Lorsqu'il pleuvait, celui-ci devenait glissant, et il arrivait que les animaux glissent hors de la paille et tombent du toit. D'où l'expression anglaise " It's raining cats and dogs" Il pleut des chats et des chiens


* Pour la même raison, aucun obstacle n'empêchait les objets ou les bestioles de tomber dans la maison. C'était un vrai problème dans les chambres à coucher, où les bestioles et déjections de toute sorte s'entendaient à gâter la literie. C'est pourquoi on finit par munir les lits de grands piliers afin de tendre par-dessus une toile qui offrait un semblant de protection. Ainsi est né l'usage du ciel de lit.


* A cette époque, on cuisinait dans un grand chaudron perpétuellement suspendu au-dessus du feu. Chaque jour, on allumait celui-ci, et l'on ajoutait des ingrédients au contenu du chaudron. On mangeait le plus souvent des légumes, et peu de viande. On mangeait ce pot-au-feu le soir et laissait les restes dans le chaudron. Celui-ci se refroidissait pendant la nuit, et le cycle recommençait le lendemain. De la sorte, certains ingrédients restaient un bon bout de temps dans le chaudron...
Les plus fortunés pouvaient s'offrir des assiettes en étain. Mais les aliments à haut taux d'acidité avaient pour effet de faire migrer des particules de plomb dans la nourriture, ce qui menait souvent à un empoisonnement par le plomb (saturnisme) et il n'était pas rare qu'on en meure. C'était surtout fréquent avec les tomates, ce qui explique que celles-ci aient été considérées pendant près de 400 ans comme toxiques. Le pain était divisé selon le statut social. Les ouvriers en recevaient le fond carbonisé, la famille mangeait la mie, et les hôtes recevaient la croûte supérieure, bien croquante.
Pour boire la bière ou le whisky, on utilisait des gobelets en plomb. Cette combinaison mettait fréquemment les buveurs dans le coma pour plusieurs jours! Et quand un ivrogne était trouvé dans la rue, il n'était pas rare qu'on entreprenne de lui faire sa toilette funèbre. Il restait ainsi plusieurs jours sur la table de la cuisine, où la famille s'assemblait pour boire un coup en attendant que l'olibrius revienne à la conscience. D'où l'habitude de la veillée mortuaire.


* La Grande-Bretagne est en fait petite, et à cette époque, la population ne trouvait plus de place pour enterrer ses morts. Du coup, on déterra des cercueils, et on les vida de leurs ossements, qui furent stockés dans des bâtiments ad hoc, afin de pouvoir réutiliser les tombes. Mais lorsqu'on entreprit de rouvrir ces cercueils, on s'aperçut que 4 % d'entre eux portaient des traces de griffures dans le fond, ce qui signifiait qu'on avait enterré là quelqu'un de vivant. Dès lors, on prit l'habitude d'enrouler une cordelette au poignet du défunt, reliée à une clochette à la surface du cimetière. Et l'on posta quelqu'un toute la nuit dans les cimetières avec mission de prêter l'oreille. C'est ainsi que naquit là l'expression « sauvé par la clochette ».


Qui a donc dit que l'histoire était ennuyeuse ?

Les histoires de papy : L'étang


© Up


Un vieux fermier possédait une grande ferme depuis plusieurs années. 

Il avait un grand étang en arrière et il l'avait bien arrangé: des tables de pique-nique, des terrains de jeux, etc. ... 

L'étang était propre et sain pour la baignade. 

Un soir, le vieux fermier décide d'aller à l'étang puisqu'il n'y avait pas été depuis longtemps. Comme il approche, il entend des voix crier et rire. 
Il s'approche un peu plus et voit un groupe de jeunes femmes nues se baignant dans l'étang. 
Il fait alors connaître sa présence et les femmes se dépêchent d'aller dans la partie profonde de l'étang. 

Une des femmes lui crie: "On ne sortira pas tant que vous ne serez pas parti." 
Le vieil homme réplique : "Oh, je ne suis pas venu ici pour regarder de jeunes femmes sortir nues de l'étang. Je suis seulement ici pour nourrir l'alligator." 

On vous laisse imaginer la suite... 


Conclusion du papy :
En vieillissant, il faut trouver des trucs pour ne pas se fatiguer... hein ?

Les extra-terrestres en émoi (image du jour)


vendredi 6 avril 2012

Les hauts diplômés face à l'entretien d'embauche - Étude comparée d'un entretien de recrutement




Cas n°1 : Candidat formé à l'ENA

D.R.H. : - Quelle est la chose la plus rapide du monde ? Candidat : - C'est la pensée.
D.R.H. : - Pourquoi ?
Candidat : - Parce qu'une pensée arrive presque instantanément.
D.R.H. : - Très bien, excellente réponse.

Cas n°2 : Candidat formé à Polytechnique

D.R.H. : - Quelle est la chose la plus rapide du monde ?
Candidat : - Un clin d'œil.
D.R.H. : - Pourquoi ?
Candidat : - Parce que c'est si rapide que parfois on ne s'en aperçoit même pas.
D.R.H. : - Parfait


Cas n°3 : Candidat formé à SUP de CO

D.R.H. : - Quelle est la chose la plus rapide du monde ?
Candidat : L'électricité.
D.R.H. : - Et pourquoi ?
Candidat : - Quand on actionne un interrupteur on allume une lampe à 5 km de distance instantanément.
D.R.H. : - Excellent.


Cas n°4 : Candidat qui s'est formé dans une petite fac de province

D.R.H. : - Quelle est la chose la plus rapide du monde ?
Candidat : - Une diarrhée...
D.R.H. : - Comment ça ? Vous plaisantez ? Expliquez-vous ?
Candidat : - Je confirme. Hier soir j'ai eu une diarrhée si forte, qu’avant d'avoir la moindre pensée, en un clin d'œil et avant de réussir à allumer la lumière, j'avais fait dans mon pantalon...
D.R.H. :- La place est à vous!


Conclusion :
Fondements techniques et calculs ne sont pas tout.

Moralité :
Savoir gérer et comprendre quand la merde arrive, c'est ce dont les entreprises ont besoin actuellement !

Homo Evolutis (l'image du jour)


LinkWithin

Related Posts with Thumbnails